J'agis sur le web

Je m'engage

Je partage avec les citoyens

Note d'humeur, Une expérience,
Un concept, Une vidéo...

les citoyens

Conférence Mahmoud Hussein

Faire émerger le débat, offrir une plate-forme d’expression aux divergences d’opinion dans un cadre respectueux et courtois, faire preuve de courage en abordant les sujets les plus tabous, tels sont les objectifs du mouvement des Citoyens qui célèbre son baptême de feu le mercredi 7 septembre en la présence de deux éminents sociologues et islamologues : Adel Rifaat et Bahgat Al Nadi, plus connus sous le nom de plume de Mahmoud Hussein.

Sur l’invitation des Citoyens, ils ont exposé l’essence de leur pensée en matière de textes sacrés : sortir du littéralisme fondamentaliste, replacer les textes coraniques dans le contexte de leur révélation, promouvoir l’idée de la pratique de la religion comme un acte de liberté.

Pour cela, ils n’hésitent pas à s’attaquer aux questions épineuses comme la parole de Dieu versus la sacralité des textes, mais aussi la raison de l’échec des expériences progressistes dans le monde arabe.

 

Adel Rifaat et Bahgat Al Nadi, sont « deux grands intellectuels égyptiens, aussi respectueux de la foi que de la liberté de pensée, passés maîtres, d'essai en essai (Al-Sîra, Ce que le Coran ne dit pas...), dans l'art de la vulgarisation intelligente” (L’Express).

 

Nés en Egypte respectivement en 1936 et 1938, ils se rencontrent en 1955. Militants révolutionnaires sous Nasser, ils sont incarcérés et détenus dans divers camps de concentration. Ils arrivent en France en 1966 en tant que réfugiés politiques, et sont naturalisés français en 1983. Ils étudient à la Sorbonne et à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, obtiennent un doctorat d’Etat, puis deviennent membres du secrétariat de l’UNESCO, de 1978 à 1998, d’abord en tant que conseillers du Directeur Général, puis en tant que co-directeurs du mensuel culturel international de l’Organisation, le Courrier de l’Unesco, publié en 30 langues et diffusé dans 120 pays.